La vraie vie

Un voyage extraordinaire – Partie 2

Pour démarrer cette période estivale en beauté, je vous ai préparé une série d’articles sur une thématique différente pour partager avec vous une autre de mes passions : la randonnée, en vous contant notre voyage de noces extraordinaire… Dans l’article Rêve d’été, je vous en ai touché quelques mots, alors je reviens plus en détail sur notre randonnée en autonomie en Laponie suédoise, sur la Kungsleden.

Après l’organisation de ce voyage, il est temps de vous raconter la première partie ce séjour hors du commun !

Deuxième partie : partir et marcher…

Les sacs bouclés, les documents rassemblés. Nous voilà partis en route pour l’aéroport.

Notre aventure a réellement démarré au moment de l’enregistrement : erreur de bleus, nous avions enregistré mon billet à mon nom d’épouse et ma carte d’identité n’était pas à jour et bien sur nous n’avions pas pris le livret de famille (sinon c’est vraiment pas drôle !)… GROS COUP DE STRESS !

Heureusement, nous sommes tombés sur une hôtesse de sol ADORABLE. Vu que nous avons fait tout ce que nous pouvions pour récupérer une copie du document (allô Maman-Papa, ou comment galérer avec la connexion internet à Roissy-Charles de Gaulle…), elle nous a fait confiance et nous a fortement conseillé d’avoir une copie de ce document sur nous pour notre retour et notre vol interne en Suède (Adorable, je l’ai déjà dit ?).

Bref, nous avons pu embarquer !

Arrivés à Stockholm en soirée, nous sommes allés à notre auberge pour y passer la nuit.

Le lendemain, nous prenions le train à 17h00, donc nous avons profité de la journée pour visiter rapidement la ville, cela nous a permis de voir ce que l’on pourrait faire lors de nos 3 jours en fin de voyage, et d’acheter notre bombonne de gaz (ben oui, dans l’avion c’est pas vraiment conseillé…).

Puis nous avons rejoints la gare pour attendre notre train. 17h00 passe : pas de train… Mais des messages en suédois résonnent dans la gare. Nous ne parlons pas cette langue, donc nous sommes un peu perdus… Nous nous rapprochons d’une famille et le monsieur nous explique (en anglais) qu’il y a un souci sur le train, qu’il ne faut pas s’inquiéter cette ligne est connue pour cela. Et il nous explique qu’il part avec sa famille sur la Kungsleden lui aussi, mais qu’eux ont préféré réserver des refuges.

Sur le quai de la gare !

Finalement nous partons avec 2 heures de retard. Direction ABISKO !

Départ Stockholm – Arrivée Abisko !

Bon le voyage est long, on ne va pas mentir, les sièges sont assez confortables, mais on a passé une nuit hachée.

Bon à savoir : Il est possible de réserver des couchettes pour mieux dormir… Clairement, une prochaine fois on ne se pose pas la question : on prend des couchettes ! Mais les sièges sont sympas aussi 😉

Au petit matin, nous avons sympathisé avec le gars assis de l’autre côté de l’allée. Un norvégien qui rentrait chez lui. En fait, ce train relie Göteborg à Narvik (Norvège). Il nous explique que la ligne n’est pas très fiable, mais que ça lui permet de rentrer chez lui à moindre frais.

Plus nous allons vers le nord, plus les paysages sont superbes. On a hâte d’y être !

Paysages vus du train (enfin on approche !)

Notre trajet ne fait qu’une partie de la voie complète… Nous n’avons fait « que » de l’étape 1 à la 5C !

Jour 1 : Abisko-Abiskojaure (15km)

20h après être monté dans le train, nous voilà à Abisko. Bon dans la précipitation, nous nous sommes plantés de gare ! Nous sommes descendus une station trop tôt… Finalement, cela nous permet de sympathiser avec un couple de belges et de nous délasser les jambes. (Et aussi d’éviter le flot qui se déverse à Abisko Turistation ^^). Nous avions du retard par rapport à notre programme initial, mais on s’est dit que c’était le début de l’aventure et que nous marcherions le maximum que nous pouvions sans nous épuiser dès le premier jour…

La station Abisko

En 15 minutes nous arrivons au point de départ de la Kungsleden ! Cent mètres après le départ, le bruit d’une chute d’eau attire notre attention et là on se prend la première claque de notre périple : c’est superbe !!!

D’Abisko à Abiskojaure, chute d’eau

Cette première étape nous fait évoluer dans un parc national et nous sommes entourés d’une nature luxuriante.

Nous tentons de dépasser Abiskojaure pour planter notre tente. Mais la fatigue nous rattrape, nous décidons d’être raisonnables et nous renseignons au niveau de l’aménagement STF. Moyennant 150 Kr/personne, nous plantons notre tente dans un sous-bois, sous une averse débutante. Je goûte pour la première fois à du Corned beef (pour info : c’est pas terrible, terrible, d’ailleurs depuis je ne peux plus en manger, ni même en voir !). Ce soir-là on réalise qu’on y est et advienne que pourra ! 

Bon à savoir : le bivouac est interdit dans le parc national, sauf à un endroit, qui est indiqué sur les cartes. Sur le reste du parcours, il n’y a aucun souci avec le bivouac, en Suède la législation est la suivante : le bivouac est autorisé là où il n’est pas interdit !

Jour 2 : Abiskojaure-Alesjaure (22km)

Réveil sous la pluie, on doit remballer notre tente humide. Direction Alesjaure ! C’est parti pour la grosse étape de notre périple… Nous sommes toujours dans le parc national, la végétation commence à changer. Nous traversons un pont impressionnant passant au-dessus d’une cascade ! C’est trop beau !!! Ensuite, nous traversons une zone assez aride, avant d’arriver au bord du lac Alisjavri dans des marécages. Pour arriver à notre point de chute, nous devons traverser un pont suspendu impressionnant. Nous nous installons au bord de la rivière sous un début d’averse !

Deuxième jour de marche, le long du lac Alisjavri

Jour 3 : Alesjaure-Tjäktja (13 km)

Direction Tjäktja. Ce jour là nous comprenons enfin la beauté des paysages que nous avons traversé la veille, on les voie de loin et c’est féérique !

Troisième jour de marche : un aperçu des paysages de la veille

Cette étape se termine sur une belle grosse montée. Tjäktja est situé à plus de 1000 m d’altitude. C’est superbe ! Nous sommes au-dessus d’une rivière bordée de neige.

Ce soir-là, nous avons beau temps, donc nous en profitons pour nous laver les cheveux. Bon à l’eau glacée : ça réveille et ça tonifie !!! Nous mangeons en dehors de la tente pour la première fois depuis le début de notre rando et le bilan de ces trois jours est super positif : on est fatigués, mais hyper heureux !!!

Vue depuis la tente : une rivière bordée de neige…

Jour 4 : Tjäktja-Sälka (12 km)

Direction Sälka. Nous évoluons dans un paysage lunaire et aride. Ce passage a été très éprouvant physiquement. La fatigue a commencé à se faire sentir et le fait d’être en monté dès le début de la marche a été un peu dur à encaisser pour moi…

Nous traversons un champ de neige (oui, oui de la neige en août!!!) pour arriver au point culminant de la Kungsleden : Tjäktapasset.

Un paysage lunaire et aride 

Le panorama s’ouvre sur une vallée verte entourée de montagnes. Nous continuons en longeant un lac qui mène jusqu’à notre étape du jour.

Changement de paysage, une vallée verdoyante

La fin de cette journée a encore été humide, mais pas pour les mêmes raisons que les fois précédentes. Cette fois-ci c’est un pont effondré qui nous décide à passer à gué. Manque de bol, nous devons traverser 4 cours d’eau ! Nous finissons cette étape en pataugeant dans nos chaussures et en nous marrant comme des baleines ! (Bon a aussi oublié de mettre nos guêtres qui auraient pu limiter un peu l’inondation de nos chaussures… #boulets)

Bon ce soir-là, on était content d’avoir choisi des vêtements techniques de qualité, cela nous a permis d’avoir des chaussures sèches le lendemain et de ne pas avoir à transporter des chaussettes humides…

Opération séchage !

♠ ♣ ♥ ♦

Je vous laisse à mi-parcours et vous raconte la suite de notre périple la semaine prochaine, avec quelques rebondissements !

Publicités

5 thoughts on “Un voyage extraordinaire – Partie 2”

  1. Ah, vous avez eu sacrément du bol pour l’embarquement.
    Moi j’avais bine pensé au truc et même si sur mon passeport, j’ai les deux noms, je préfère toujours réserver à mon nom de jeune fille sait on jamais 😉
    Et sinon, les paysages sont juste MAGNIFIQUE, ça me donne envie. Toute cette nature, il devait pas y avoir grand monde. Le pied.
    Bon maintenant faut attendre la semaine prochaine pour avoir la suite 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Pour l’embarquement, on a eu un bol monstre ! Mais la leçon est retenue, maintenant on se méfie…
      Le cadre était superbe, et effectivement, on a pas croisé énormément de gens 🙂 Un peu au départ, et sur les dernières étapes, mais sinon on croisait entre 5 et 10 personnes par jour ! On avait la sensation d’être seuls au monde et s’était vraiment ressourçant !

      J'aime

  2. Ah mais c’est palpitant (quoique fort humide aussi on dirait!) Les paysages sont magnifiques, visiblement un endroit où on peut chanter à tue-tête sans craindre les voisins 😉

    J'aime

    1. En fait nous avons rarement eu des journées de pluie complètes… Mais on s’est pris quelques bonnes averses par moment et le temps est vite changeant ! Je confirme, tu peux chanter sans embêter personne ! Il y a des randonneurs régulièrement, mais en moyenne nous croisions (ou doublions, étions doublés) entre 5 et 10 personnes par jour ! Là où il y avait le plus de monde était au niveau des bivouacs (mais à part au premier, on devait être maximum 15 personnes !)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s