Couture, Le bazard bizarre de Tamia Balbuzard

Un petit point sur l’avancement de mon projet !

Vous êtes nombreux à me demander où ça en est et comme partager à ce propos me démange de plus en plus, j’ai décidé d’y dédier un billet ! Je vais aussi demander votre contribution (que vous soyez couturière ou non, vous pourrez participer !)

Lire la suite « Un petit point sur l’avancement de mon projet ! »

Couture, Couture femme

Ginette fait sa Parisienne

Pas de vêtement grossesse, ni de layette, mais une robe que j’ai cousu l’hiver dernier et que je n’avais pas eu le temps de vous présenter… Les beaux jours sont arrivés. Je m’étais dit que je profiterai du retour de l’automne pour vous la présenter, mais le Petit Haricot s’est invité… Du coup, j’ai mis Ginette à contribution pour vous présenter ma Parisienne.

Un petit avant goût…

Ginette est une nouvelle arrivée à la maison : c’est un mannequin, trouvé d’occasion. Du coup, je vais pouvoir préparer mes toiles sur elle (et elle sera toujours disponible et elle ne râlera pas si je la pique avec une épingle…).

parisienne_devant
Je vous présente Ginette !

La Parisienne de Louis Antoinette est un patron qui a été beaucoup vu sur les réseaux l’hiver dernier. En effet, Louis Antoinette avait lancé un concours #hacklamode ! Ils mettaient le patron gratuitement au téléchargement et demandaient aux couturières de faire une version originale de ce patron. Mon organisation légendaire a encore frappée ! J’avais donc téléchargé le patron et commencé à réfléchir à la manière dont je pourrais adapter ce modèle. Puis je me suis décidée à aller acheter du tissu. Et… J’ai été malade donc mon organisation pas très bien huilée a été complètement chamboulée. Donc, je n’ai pas pu présenter ma version dans les temps…

dessin
Dessin de présentation du modèle

Alors je rattrape mon retard en vous la présentant maintenant (hahaha !). Sur ce modèle, j’adore l’effet trompe-l’œil ! C’est une robe, mais quand on la regarde on a l’impression qu’il s’agit d’un ensemble ! Pour le tissu, je vais vous surprendre, j’ai trouvé mon bonheur chez Lil Weasel (comment ça encore ?! Et non je ne suis pas sponsorisée par la boutique !) ! J’ai choisi un lainage gris à pois et pour la doublure, j’ai choisi un voile de coton aux motifs géométriques.

Je n’ai pas été très originale, j’ai choisi de faire les ourlets dans une couleur contrastée et la seule chose que j’ai modifié : c’est le dos que je n’ai pas fermé… Explications : j’ai fermé la doublure, mais j’ai laissé le dos en lainage ouvert. Sinon, j’ai trouvé les explications très claires et les finitions sont top ! Ce patron permet d’envisager plusieurs variations !

C’est une robe que j’adore porter (quand je ne suis pas grosse enceinte)! Elle est confortable, habillée et originale. Bref… Regardez comme Ginette semble bien dedans !

A noter, Louis Antoinette a sorti une version été de La Parisienne basée sur la version proposée par On Sunday Morning, gagnante du concours !

♠ ♣ ♥ ♦

Patron : 

Tissu et fournitures :

  • Lainage gris à pois bleu marine
  • Doublure cotonnade losanges
  • Fermeture et fils assortis. Le tout trouvé chez Lil Weasel.

Temps passé : environ 6 heures de travail, réparties sur plusieurs après-midis et soirées

Modifications : Dos laissé ouvert

♠ ♣ ♥ ♦

Avez-vous eu l’occasion de coudre ce modèle ? Portez-vous des vêtements trompe-l’œil ?

Couture femme, Dressing Grossesse

{Dressing grossesse} – Cape

Lors de ma réflexion autour de ma garde-robe de grossesse, je vous ai dit que j’avais dans mon armoire du fait-main-gros-bidon-compatible. C’est le cas de cette cape !

Elle a été cousue l’hiver dernier, mais je n’avais pas eu l’occasion de vous la présenter ! Alors elle va inaugurer mes cousettes grossesse ! Lorsque mon mari m’a offert Couture vintage d’Annabel Benilan, j’avais tout de suite flashé sur le modèle de cape ! J’adore ce type de vêtement en hiver je trouve que c’est élégant et confortable. Puis cette petite touche vintage n’était pas sans me déplaire…

cape_livre
Image du livre

Pour le tissu c’est tout une aventure. J’avais acheté un drap de laine bleue marine chez tissu Reine pour en faire une robe, puis l’hiver passant, je n’arrivais pas à me résoudre à la coudre… Ce drap de laine était décidément trop chaud pour être transformé en robe. Après réflexion, analyse de mon armoire (mon manteau commençait à fatiguer), vérification du métrage du coupon, petit tour de ma patronthèque, ce beau drap de laine était étalé dans mon salon, prêt à être transformé en cape !

Les explications pour ce modèle sont claires, je n’ai pas rencontré de difficultés particulières, même la création des boutonnières s’est bien passée ! (c’est souvent l’étape qui pèche, je m’améliore, ma nouvelle machine est plus facile à prendre en main à ce niveau là). J’ai décidé de ne pas faire d’ourlet en bas pour le moment, j’avais hâte de porter ma création et finalement j’aime bien le côté brut du drap de laine. A refaire, je fixerai la patte de boutonnage, elle a tendance à bailler, mais sinon aucun soucis !

A vivre tous les jours, il faut un temps d’adaptation… Quand on prend les transports en commun, il faut trouver le sac à main adapté. Finalement, j’ai trouvé l’astuce de le porter sous la cape. L’idéal étant d’avoir un petit sac ou juste une pochette, comme ça nickel ! Son col cheminée protège bien du froid, mais permet quand même de glisser une écharpe dessous…J’adore les fentes par lesquelles il est possible de sortir les mains, de cette manière elles sont bien au chaud, mais on peut les sortir quand c’est nécessaire !

Cousu en fin d’hiver dernier, cette cape sera idéale avec mon bidon qui grossit un peu plus de jour en jour… Pas de souci de manteau qui ne ferme pas !

♠ ♣ ♥ ♦

Patron : 

Tissu et fournitures :

  • Drap de laine bleue marine, tissu Reine
  • Boutons vintage, récupérés chez une petite mamie

Temps passé : environ 8 heures de travail, réparties sur plusieurs après-midis et soirées

♠ ♣ ♥ ♦

Une publication un peu tardive aujourd’hui, la première série de photos était de très mauvaise qualité…

Et vous, avez-vous commencé votre garde-robe automne-hiver ? Sur quel modèle de manteau avez-vous jeté votre dévolu ?

Couture, Couture femme

{Dressing grossesse} – Une garde-robe capsule maison ?

Ma préoccupation du moment est de trouver des vêtements qui me vont, qui sont confortables, dans lesquels je me sens jolie (ben oui quand même !), pour un budget raisonnable (oui parce que bon je vais les porter que pendant quelques mois au final !). Je me suis dit que c’était le moment idéal de me pencher sérieusement sur la question de la garde-robe capsule (aussi abordée par Die Franzoesin, Flora, Louna…), de réfléchir à ce dont j’avais réellement besoin pour les mois à venir.

Lire la suite « {Dressing grossesse} – Une garde-robe capsule maison ? »

Couture, Couture homme

Duo bleu-blanc-rouge

Oui, oui vous êtes bien sur un blog couture, et oui j’aurai pu publier cette article au moment de la coupe d’Europe (mais ils n’étaient pas cousus !) ! Je vais vous présenter 2 versions d’un patron de t-shirt pour homme. Un en bleu, l’autre en rouge et blanc. Bon en les voyant ensemble le titre a fait tilt dans mon cerveau (où actuellement un seul neurone semble actif…). Bref…

duo

Quand je vous avais présenté Marcel, je vous avais dit que la découverte de la marque Thread Theory avait été une révélation ! Après cet essai concluant, qui m’a permis de faire mon premier vêtement pour homme et de tester la marque. L’Amoureux a aussi été séduit par la marque et les coupes des vêtements proposés, donc il a décidé d’acheter le pack Parkland Wardrobe Builder. Il contient un pantalon, un t-shirt et un cardigan.

patron

Bon alors, je vous présente deux versions du t-shirt (Strathcona Henley). Le bleu est la reproduction fidèle de la version 2. Le rouge est un mélange de la version 1 et 2 !

Le bleu a été cousu dans un jersey acheté chez Lil Weasel. C’est un jersey classique avec un taux d’élasticité « normal », le montage ne m’a pas posé de souci particulier, les explications du livret sont clairs. Ce projet m’a permis d’inaugurer ma surjeteuse en mode assemblage. Jusqu’ici, je n’avais pas osé l’utiliser pour assembler un vêtement entier, juste pour faire le surfilage. Ce projet étant assez simple, je me suis dit que c’était l’occasion de me lancer dans une utilisation plus poussée de cet engin. Monté en une soirée, c’est assez intéressant !

L’Amoureux a adopté ce t-shirt, mais il émet quelques réserves (que je partage avec lui) : il a tendance à remonter et du coup, c’est pas très confortable (ni très élégant) ; les manches sont un peu longues (et je n’ai pas pris le temps de les raccourcir !) et il m’ a demandé s’il était possible de l’élargir d’un centimètre pour avoir moins l’impression d’être engoncé. Bon, ce n’est pas son t-shirt favori, mais il le porte !

Du coup, pour la version rouge, j’ai pris en compte les remarques et j’ai fait quelques modifications. J’ai ajouté un centimètre de chaque côté, rallongé le t-shirt et raccourci les manches. Pour qu’il puisse l’enfiler facilement et parce que je trouvais que le tissu s’y prêtait bien, j’ai décidé de faire une patte de boutonnage. Le tissu choisi (du même fournisseur) est un jersey japonais. Il a la particularité d’avoir un endroit et un envers et n’a que très peu d’élasticité ! Par contre, c’est un plaisir à coudre (et a priori à porter). Pour celui-ci je n’ai pas tenté l’assemblage à la surjeteuse. Par contre, je me suis amusée à faire de jolies finitions et je suis assez fière du résultat, sauf pour la patte de boutonnage… L’Amoureux le trouve plus confortable et pense le porter plus facilement que le bleu (OUF !).

♠ ♣ ♥ ♦

Patron : Strathcona Henley, taillé en M

Tissus et fournitures :

  • Jersey bleu et jersey japonais rouge à rayure blanche, Lil Weasel
  • Boutons : issus de mon stock

Temps passé :

  • T-shirt bleu : 1 soirée
  • T-shirt rouge : l’équivalent d’une après-midi.

♠ ♣ ♥ ♦

Et vous, vous arrive-t-il de coudre pour votre homme ? Avez-vous déjà affronté la surjeteuse pour assembler un vêtement ?

Couture, Couture enfant

{Trousseau naissance} Petite présentation

Pour le Petit Haricot, nous avons décidé de placer son arrivée sous le signe de la récup’ et du fait-maison. Il est important pour nous (oui, on est deux à prendre les décisions dans cette grande aventure !) de respecter nos valeurs dans la préparation de son petit nid.

Grande chance, nos parents ont conservé pas mal de meubles utilisés pour nos naissances et nous avons quelques proches qui ont eu des enfants avant nous, ils nous ont proposé de nous prêter certains mobiliers et vêtements ! Nous avons accepté avec plaisir.

Chez nos parents, nous récupérons :

  • le berceau « Noé » dans lequel l’Amoureux a passé ses premiers mois,
  • la table à langer qui a servi pour mes frères et sœurs, fait avec amour par mon papa,
  • quelques vêtements qu’ils ont conservé et prêté à leurs frères, sœurs et amis.

Chez nos proches (amis, oncles et tantes, cousins-cousines) :

  • essentiellement des vêtements pour les premiers mois,
  • et surtout pleins de bons conseils !!!

Ma maman m’a proposée de lui tricoter quelques petits vêtements pour sa naissance, j’ai accepté avec plaisir ! Depuis, je rêve qu’il ait une tenue fait maison pour sa naissance ! Précision importante : nous ne souhaitons pas savoir le sexe du Petit Haricot. Du coup, nous avons choisi des couleurs neutres et douces pour constituer son trousseau.

Pour les tissus (maintenant que j’ai dévoilé mon côté hippie), je vais favoriser l’utilisation des chutes et des coupons de mon stock qui attendent (désespérément) d’être utilisés et pour les projets pour lesquels je n’ai pas ce qu’il faut dans mon stock, je vais privilégier des tissus en matière naturelle, fabriqués en France et bio.

Pour faire ce trousseau, je vais piocher dans plusieurs références :

ouvrages

Alors qu’allez-vous voir fleurir dans les mois à venir sur ce blog ?

  • le linge de lit pour le berceau,
  • un sac à langer et un matelas à langer de voyage (patron à définir),
  • une ou deux housses pour le matelas à langer,
  • un blouson (issu du Burda n°185), pour cela je vais utiliser les chutes d’un sweat cousu pour l’Amoureux (pas encore présenté ici),
  • un pantalon (des IPB ou de C’est un garçon),
  • des bavoirs boutonnés (des IPB),
  • deux ou trois capes de bain (des IPB),
  • deux ou trois turbulettes (des IPB – les moutons de Kallou),
  • un bermuda (C’est un garçon)
  • une veste (C’est un garçon)
  • un bonnet aviateur (C’est un garçon)
  • deux Doudous Renardeau (Créations en couture pour p’tits loups et grands rêveurs), l’Amoureux a flashé dessus quand j’ai acheté le livre, donc c’est parti !!!
  • des carrés lavables, dans les chutes des bavoirs et des capes pour l’éponge et en utilisant mon stock de chutes pour l’autre face,
  • un ou deux bodys (patron maison), en utilisant des chutes de jersey utilisés pour faire des robes de grossesse,
  • un ou deux pyjamas (patron maison),
  • j’espère réussir à lui crocheter un petit bonnet
  • des couches lavables (je suis en train de réfléchir au modèle), si vous avez des bonnes adresses pour acheter les tissus nécessaires et des conseils pour leur utilisation je suis preneuse !

Ma maman va lui tricoter une petite collection de layette sympa. Pour la laine, nous avons choisi la marque Fonty (une filature basée dans la Creuse) à la boutique Lil Weasel. Voici ce qu’elle va créer (je pense que je dédierai un article à ses créations) :

  • un nid d’ange qu’elle va remodeler en chancelière, en Super tweed.
  • 2 brassières, deux modèles différents issus de vieux Phildar des années 80, en Bébé Mérinos
  • dans les chutes : des chaussettes et des petits chaussons.

Nous allons aussi lui préparer une « couverture aux cent vœux » (Bai Jia Bei dans la langue original)! Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous explique le concept : c’est une tradition chinoise issue d’une légende. Elle raconte que l’une des concubines de l’Empereur a été la seule à donner un héritier, un jour à elle a dû s’absenter, laissant son enfant seul. De crainte que les autres concubines, jalouses, ne s’en prennent à lui, elle demanda aux 100 familles les plus puissantes de Chine de lui donner un morceau de soie. Avec les 100 morceaux, le tailleur du palais confectionna une robe longue pour l’enfant qui le plaça symboliquement sous la protection des plus grandes familles de Chine. A l’heure actuelle, il s’agit de confectionner une couverture en patchwork à partir de 100 morceaux de tissus envoyés par les proches de la famille. Chaque morceau est accompagné d’une carte vœux souhaitant bonheur et chance au nouveau-né.  La « couverture aux cent vœux »  devient ainsi le symbole de toutes les personnes qui se sont unies pour accueillir le bébé. L’enfant sera protégé par les vœux et l’énergie des personnes qui auront contribué à la confection de la couverture…

Pour cela nous avons demandé à nos proches de découper des carrés de 15×15 cm dans le tissu de leur choix et de l’accompagner d’un petit mot. Les tissus vont tous être assemblés pour former un ravissant patchwork multicolore, qui sera doublé par un tissu tout doux de couleur neutre (nous sommes en train de faire notre sélection). Les petits mots vont être rassemblés dans une boite ou un cahier.

J’espère que les 6 mois à venir vont être suffisants pour faire toutes ces créations ! Je pense faire appel à quelques amies couturières pour m’aider et pour le reste on a priorisé ce qui devait être fait et ce qui était accessoire ! (oui on essaie d’être pragmatique !).

  ♠ ♣ ♥ ♦

Si vous avez des conseils pour certains aspects pratiques, si vous connaissez des boutiques de tissus éco-friendly, n’hésitez pas à laisser un petit mot !